jeudi, juin 29, 2017
   
Text Size

Non au plan De Crem à Bastogne

BASTOGNE - Samedi, jour des commémorations du 65 e anniversaire de la Bataille des Ardennes , le MR a confirmé son combat pour garder le 1 A à Bastogne.

C'est l'hiver. Alors que l'incerti tude plane sur l'avenir de Bastogne, un Mouvement de Résistance tente d'éviter le drame et ne baisse pas les bras malgré les mauvaises nouvelles qui tombent de toute part.

Ce scénario, on s'en est souvenu durant le week-end dans le cadre des commémorations du 65e anniversaire de la Bataille des Ardennes. Mais les édiles du MR, le député bourgmestre Philippe Collard et le vice-président de la commission de la Défense du parlement fédéral, Denis Ducarme, ont voulu profiter de ce symbole pour faire le point sur leur combat pour le maintien du 1er régiment d'artillerie de campagne dans le Nuts City.

Lire la suite : Non au plan De Crem à Bastogne

Denis Ducarme: « l’alarme sociale de Di Rupo sonne faux »

Elio Di Rupo sonne « l’alarme sociale » dans une interview dans Le Soir de ce week-end, estimant qu’une partie de la population perd pied dans la crise. « L’alarme sociale sonne faux », répond le député MR Denis Ducarme. L’interview d’Elio Di Rupo dans Le Soir de ce week-end

Lire la suite : Denis Ducarme: « l’alarme sociale de Di Rupo sonne faux »

D. Ducarme: le principe de laïcité dans la constitution

Interviewé par la RTBF, le député fédéral MR Denis Ducarme a exprimé sa volonté de faire inscrire le principe de laïcité dans la constitution belge. Un fameux pavé dans la marre des rapports entre cultes et Etat.

Faisant référence au jugement de la Cour d'appel de Mons qui permet à enseignante de donner cours en portant le voile - alors que son établissement le lui avait interdit -, le député MR a estimé que "notre société a besoin de clarification".

C'est pourquoi, explique-t-il, il souhaite "inscrire le principe de laïcité dans notre Constitution parce que c'est notre loi fondamentale".

En conséquence d'une telle dispostion, ''l'ensemble des règlements qui seront pris à l'avenir dans les différents niveaux de pouvoir'' devraient dès lors respecter "ce principe clarificateur" d'une séparation "plus franche" entre Etat et l'ensemble des cultes.

Si la laïcité devait être inscrite dans la constitution belge, cela impliquerait donc des changements fondamentaux dans les rapports entre cultes et Etat en Belgique. Cependant, la proposition n'est, à ce stade, pas encore portée par le MR dans son ensemble: ''Nous sommes nombreux au sein du Mouvement réformateur à vouloir porter ce débat'', a ainsi expliqué Denis Ducarme sans plus de précision.

Rappelons en outre qu'une modification de la constitution nécessite, entre autres, un vote à la majorité des deux tiers dans les deux assemblées législatives.


Julien Vlassenbroek

RTBF

Critique claire d’un jugement

CHARLEROI

Denis Ducarme a interpellé le ministre de la Justice à propos du jugement Jaguar

POLITIQUE Le jugement rendu par la présidente de la 4e chambre civile de Charleroi dans le dossier dit de la Jaguar continue à faire réagir… et même dans les plus hautes sphères politiques du pays.

Hier, le député fédéral Denis Ducarme a interpellé le ministre de la Justice Stefaan De Clerck à propos de cette affaire. “J’estime qu’il y a une partialité dans le jugement et un système à deux vitesses”, explique Denis Ducarme. “Cela signifie que la sécurité de la population de Charleroi ne peut être assurée.”

La réponse donnée par le ministre a agréablement étonné le député qui est proche de la région carolorégienne. Il a répondu, sur base d’un article publié dans Les cahiers de l’institut d’études sur la Justice : “le jugement doit refléter l’impartialité et la sérénité avec lesquelles le juge a tranché le litige : au cours des débats et dans sa décision, le juge doit s’abstenir de toute polémique ou manque de respect à l’égard d’une des parties.” Il a ajouté après cet extrait : “Manifestement, ça n’a pas été le cas ici.”

Pour Denis Ducarme , le ministre remet donc en doute le principe d’impartialité et de respect vis-à-vis d’une des deux parties de la juge. “Cette histoire fait le tour de la planète. Je n’ai jamais vu une critique aussi claire d’un jugement. Pour l’image du pays et de Charleroi, il était important que la réaction du ministre prenne la même direction que celle de la population” termine le député.

M. Ad.

26/03/2010

Denis Ducarme condamne la réaction de l'Exécutif des musulmans

Le député Denis Ducarme (MR) a condamné vendredi la réaction de l'Exécutif des musulmans de Belgique, mais aussi d'Amnesty International, au vote de la loi interdisant le port du voile intégral dans l'espace public.  L'Exécutif des musulmans a parlé de loi "liberticide", tandis qu'Amnesty a dénoncé "un précédent dangereux".

Pour M. Ducarme, la réaction de l'Exécutif des musulmans "ne respecte pas le séparation du culte et de l'Etat". Cet organe doit "se limiter à la gestion temporelle"; or, il a pris "une position militante et politique", a-t-il dit à l'agence Belga. Le député appelle dès lors à "une remise à plat du fonctionnement de l'Exécutif des musulmans". Il a par ailleurs condamné la réaction d'Amnesty International, qui est "politiquement orientée", selon lui. (belga)

30/04/10 17h02