jeudi, juin 29, 2017
   
Text Size

LE MR RÉCLAME LA SUPPRESSION DES ALLOCATIONS SOCIALES PERÇUES EN PRISON

« Ces montants sont énormes, il faut stopper cela ».

 

En prison, les détenus ont
donc le droit de continuer à
percevoir les allocations dont
ils bénéficiaient à l’extérieur
pour une incapacité de travail.
Cette dernière se transforme
en indemnité d’invalidité au
bout d’un an d’incapacité.
Comme expliqué ci-dessus, les
détenus qui ont des personnes
à leur charge (enfants,
épouse…) perçoivent encore la
totalité de ces indemnités. Les
autres (isolé ou cohabitant) en
reçoivent la moitié. Les
chiffres que nous avons obtenus
de l’Inami pour cette dernière
catégorie (près de 4 millions
dépensés en 2012) font
bondir le député Denis Ducarme.
«C’est énorme, cela doit
cesser », s’exclame celui qui, au
nom du MR, déposera dans les
jours qui suivent une proposition
de loi visant à suspendre
l’indemnité pour l’incapacité
de travail d’une personne, le
temps de son séjour en prison.
« Il va y avoir un débat sur toutes
ces allocations prochainement
au Parlement. Au nom du Mouvement
réformateur, je réclame
la suspension de cette allocation.
Et celle-ci uniquement. Les
indemnités pour maladie professionnelle,
c’est différent.
Nous ne visons que celles des incapacités
de travail. Nous partons
du principe, qu’en prison,
un détenu ne peut de toute manière
pas travailler. Il est déjà à
charge de la communauté, pour
ce qui est des frais liés à son incarcération.
Il est inutile dès lors
qu’il perçoit en plus de telles indemnités
», estime le député libéral
. l

En prison, les détenus ontdonc le droit de continuer àpercevoir les allocations dontils bénéficiaient à l’extérieurpour une incapacité de travail.Cette dernière se transformeen indemnité d’invalidité aubout d’un an d’incapacité.Comme expliqué ci-dessus, lesdétenus qui ont des personnesà leur charge (enfants,épouse…) perçoivent encore latotalité de ces indemnités. Lesautres (isolé ou cohabitant) enreçoivent la moitié. Leschiffres que nous avons obtenusde l’Inami pour cette dernièrecatégorie (près de 4 millionsdépensés en 2012) fontbondir le député Denis Ducarme.«C’est énorme, cela doitcesser », s’exclame celui qui, aunom du MR, déposera dans lesjours qui suivent une propositionde loi visant à suspendrel’indemnité pour l’incapacitéde travail d’une personne, letemps de son séjour en prison.« Il va y avoir un débat sur toutesces allocations prochainementau Parlement. Au nom du Mouvementréformateur, je réclamela suspension de cette allocation.Et celle-ci uniquement. Lesindemnités pour maladie professionnelle,c’est différent.Nous ne visons que celles des incapacitésde travail. Nous partonsdu principe, qu’en prison,un détenu ne peut de toute manièrepas travailler. Il est déjà àcharge de la communauté, pource qui est des frais liés à son incarcération.Il est inutile dès lorsqu’il perçoit en plus de telles indemnités», estime le député libéral. 

Source: La Libre Belgique - 19/09/2013