jeudi, juin 29, 2017
   
Text Size

Ducarme : « Prohiber d’emblée les départs vers la Syrie »

RADICALISME Le député propose une mention dans le futur accord de gouvernement. Pour Denis Ducarme, il faut incriminer toute participationà un groupe radical armé.

En mars, après trois ans de guerre, près de 250 Belges au total ont gagné la Syrie (Le Soir de vendredi). Un peu moins de la moitié étaient connus des autorités préalablement à leur départ, et à peine une quinzaine d’entre eux avaient un lien familial avec la Syrie. Bref, ces départs, dans leur majorité, n’étaient pas prévisibles, pas détectables. Par ailleurs, selon le chercheur norvégien Thomas Hegghammer, du Centre norvégien de recherche de défense (FFI), l’un des facteurs qui explique un volume inédit de départ de jeunes Européens musulmans vers la Syrie est le sentiment d’un « faible risque de sanctions légales » dans le pays d’origine « peu de pays sinon aucun ne semble poursuivre systématiquement les combattants étrangers qui reviennent de Syrie », notait le chercheur en décembre dans la revue Foreign Policy.

Le député Denis Ducarme (MR) accuse le gouvernement sortant de ne pas avoir su se mettre d’accord pour incriminer par arrêté royal les départs de jeunes vers les groupes radicaux armés de Syrie, malgré une proposition en ce sens qu’il avait fait remonter dans son parti. Et puisque la dissolution des Chambres lui donne l’opportunité de s’exprimer librement sur ce thème, il plaide pour une interdiction préalable des départs pour la Syrie via la loi du 1er août 1979 concernant « les services dans une armée ou une troupe étrangère se trouvant sur le territoire d’un État étranger ».

Lire la suite : Ducarme : « Prohiber d’emblée les départs vers la Syrie »

Le MR veut bloquer un investissement de 170 millions à la base de Melsbroek

Le député MR Denis Ducarme appelle le PS et le CDH à bloquer ce mardi en réunion un dossier de Pieter De Crem (CD&V).

Les chefs de cabinets des principaux ministres du gouvernement fédéral vont se retrouver ce mardi pour une réunion qui risque d’être sportive sur fond de querelle militaro-communautaire… En, effet, parmi les points sensibles que la super-réunion intercabinets va examiner, on trouve le lancement d’un gros marché public de près de 170 millions d’euros pour la réalisation d’investissements à la base aérienne de Melsbroek, accolée à l’aéroport de Zaventem.

Pour faire quoi au juste ? Pour adapter et construire des infrastructures destinées à l’accueil des futurs tout nouveaux A400M commandé par la Défense dans le cadre d’un accord de coopération belgo-luxembourgeois. Les Airbus A400M qui seront mis en service pour le transport militaire pendant la période 2019-2020 sont destinés à remplacer les célèbres mais vieillissants Hercules C-130. Un A400M est capable d’embarquer 116 soldats et leur équipement.

Une querelle communautaire, donc. C’est le député MR Denis Ducarme qui allume la mèche : il déplore que la Défense implante, sans en avoir discuté, les A400M en Flandre. Ces appareils sont des bijoux de technologies et il trouve que la Wallonie est mieux équipée pour leur servir de base. Il appelle au blocage politique de la note soumise par le ministre de la Défense Pieter De Crem (et vice-Premier CD&V).

"Il n’y a pas eu le moindre débat au sujet de l’implantation des A400M à Melsbroek, dénonce en effet le député libéral. C’est bien pour cela que le dossier passe en toute fin de législature. Il n’y a jamais eu d’accord. Il faut mener ce débat avant la passation d’un marché. Il y a par exemple la base aérienne de Florennes qui pourrait accueillir les 8 A400M. Tout cela se fait dans un contexte où la Flandre accueille déjà toute la technologie militaire sur son territoire. Comme dans le dossier des F16 par exemple."

Lire la suite : Le MR veut bloquer un investissement de 170 millions à la base de Melsbroek

3 questions de la Libre Belgique à Denis Ducarme, membre de la commission de la Défense de la chambre

1. Les chiffres de l’attrition sont-ils inquiétants ? Je constate avant tout que des statistiques officielles, globales, sur une longue période, ne sont jamais sorties,malgré la vingtaine de questions que j’ai posées au ministre de la Défense, Pieter De Crem… Quoi qu’il en soit, le phénomène est inquiétant. C’est un mal belge ! On connaît cela dans d’autres pays européens (France, Pays-Bas), mais dans des proportions moindres que chez nous. M. De Crem n’a jamais abordé la question correctement.

2 Quel est le problème ? La politique de recrutement n’a pas évolué depuis la Guerre froide… Elle est insuffisamment pointue; trop agressive d’un point de vue quantitatif; sans plan d’accompagnement pour les soldats mutés… Et puis, il y a une lame de fond dans notre société : un désinvestissement dans la Défense. Cela met en péril les opérations et engendre un sentiment d’ennui chez les soldats.

3 Que pensez-vous des carrières à durée déterminée ? Il n’y a pas que du bon là dedans. Mais pour juger, il faudra mener une évaluation.

 

 

“Une image nazifiante DE LA BELGIQUE”

Le député Denis Ducarme (MR) dénonce une caricature de la société belge et prédit des effets contre-productifs

“C’est un procès d’intention des catholiques, des athées et des autres religions qui est regrettable.” Le jugement de Denis Ducarme, un des polémistes en chef du MR, a l’avantage d’être univoque. “La liberté de culte est une valeur à laquelle on ne peut pas toucher et qui sera toujours défendue! Mais cette campagne est contre-productive car elle projette la société belge dans 25 ans et lui prête des intentions nazies. Cela renvoie une image nazifiante de la société belge.”

Lorsqu’il lui est fait remarquer que le dessin de la famille musulmane fait référence au camp de Guantanamo et non à celui d’Auschwitz, le député réformateur ne désarme pas: “L’étoile et e croissant qu’ils arborent comme les juifs devaient s’épingler l’étoile de David, le mirador, les barbelés: personne ne pense à Guantanamo, tous les éléments font penser à Auschwitz. De toute façon, même Guantanamo, c’est déjà grave comme comparaison”. 

Le député convient que les discriminations à l’encontre des musulmans de Belgique sont encore nombreuses mais dénonce une vision caricaturale de la société belge. “C’est triste parce que leur démarche est certainement généreuse au départ.” Et de prévenir que “tous les excès ont tendance à monter les communautés les unes contre les autres”. “Il eut été préférable de mettre en lumière des cas concrets, des discriminations à l’embauche par exemple.”

Lire la suite : “Une image nazifiante DE LA BELGIQUE”

Islam : Ducarme fusille le projet Milquet


RADICALISATION Pour le député MR, ce projet est « purement académique » et inutile

Créer une cellule indépendante composée de cinq ou six universitaires, spécialistes de la question, pour prévenir la radicalisation des jeunes et les faire renoncer, notamment en formant les acteurs de terrain, à partir combattre en Syrie, c’est ce qu’annonçait en fin de semaine Joëlle Milquet (Le Soir du 28 mars). 

La ministre de l’Intérieur précise que l’équipe pourrait se mettre au travail d’ici quelques semaines. « On aurait préféré que ce budget soit affecté aux services qui travaillent sur le terrain. Parce que des rapports académiques et des ouvrages sur les causes de l’endoctrinement, j’en ai plein ma bibliothèque », réagit Denis Ducarme. « Et je ne crois pas que cinq ou six cerveaux suffisent à désamorcer la situation s’ils ne sont pas connectés avec les services tels que la sûreté de l’Etat ou la DR3 (NDLR : section terrorisme de la police fédérale). »

 Le député fédéral MR estime par ailleurs que la Belgique sousestime le problème de la radicalisation et ses implications. «On ne pourra pas toujours faire l’impasse sur la sécurité. Nous ne sommes plus au stade de la simple vision différente de l’islam. Aujourd’hui, on a basculé dans la violence et à terme, pour certains, on peut parler de crime de guerre. »

Le Soir Lundi 31 mars 2014

Page 1 sur 6